CHRISTIAN EYMERY LE CERCLE ET LE ROND AU CENTRE D’UNE DÉMARCHE

Il est toujours plus facile d’écrire l’histoire après. C’est en observant le chemin parcouru que l’on comprend le chemin que l’on a suivi. Le mien suit celui du cercle depuis vingt ans. Je vous rassure je ne tourne pas en rond. Aujourd’hui, je gère le transfert de savoir et la communication pédagogique du site LaVoieDuMandala.

 

BéatriceSculpte

 

Tout a commencé avec des hommes entre terre et ciel

En 1995, Béatrice, ma femme, a commencé à dessiner, peindre et sculpter des hommes formés d’un cercle avec un point central surmonté de bras en forme de trident reposant sur deux jambes, elles aussi en forme de trident. Béatrice les nommait « Homme entre ciel et terre ». Ces personnages aux membres et à la tête fragiles avec un ventre rond au nombril bien marqué dégageaient une grande force vitale. Ils alliaient la puissance et la spontanéité du dessin enfantin. Ces Hommes étaient toujours associés à une grammaire de formes archaïques dans lesquelles le rond, le cercle avaient une place dominante. Ce travail m’a profondément marqué parce qu’il parlait en quelques traits simples de l’histoire de la vie primordiale.

 

De l’œuf à l’éternité : la vie dans un rond.

En 2008, la lecture du livre de Vincent Fleury « De l’œuf à l’éternité » m’a apporté une première réponse : la morphogenèse du vivant prend naissance dans un cercle biologique avec un noyau central. À l’ origine, tout être humain est une cellule ronde avec un noyau central. Nous passons du stade d’une cellule à noyau central à celui d’enfant à naître dans un habitacle rond : le ventre de notre mère, notre œuf primordial.

 

Un projet de maison « écovoïde » pour vivre dans le rond

En 2006, je rencontre Renato Ligabue, un « architecte de l’habitat rond ». Je suis immédiatement séduit par son concept de maison ronde en forme d’igloo. Nous décidons, Béatrice et moi, de nous faire construire une maison sur les bases de cette forme habitée par tous les peuples premiers. Renato nous initie aux nombreux avantages de cette forme organique et écologique. Les avantages à habiter le rond sont multiples. Tous les bénéfices de cette forme obéissent à la logique du développement du vivant. Je comprends qu’il y a une résonance de forme entre notre première cellule biologique, premier habitacle de la vie, le ventre de notre mère, deuxième habitacle matriciel de notre vie et la maison ronde, troisième habitacle protecteur de la vie.  Je participe un temps à la redéfinition et à la promotion de ce concept constructif appelé habitat « Écovoïde ». Mais notre maison ne sera pas construite, malgré l’obtention du permis de construire. Une association de chasseurs et une autre d’écologistes se sont servies de notre projet pour s’opposer au maire de la commune lors des élections de 2008.

 

MaisonEcovoïde

 

 Notre nombril centre de gravité*, ce n’est pas un hasard

En 2013, toujours interpellé par le cercle et son point central, j’ai compris que notre vie prenait naissance au centre de gravité du corps humain lors de l’union de nos deux parents. Dans le cadre d’une relation d’amour, la rencontre de l’ovule et du spermatozoïde marque le point de départ du développement de notre vie. Le développement de notre vie est un long travail pour agrandir le diamètre du cercle autour de notre point central. De la naissance jusqu’à notre maturité, nous ne cessons d’agrandir notre cercle. Dans la dernière partie de notre vie nous faisons le parcours inverse pour revenir vers le centre afin de redécouvrir ce qui le compose. Au cours de ce chemin nous découvrons les forces qui nous ont construits et celles qui ont freiné certains de nos développements. En cela j’ai compris que  les premiers hommes avaient exactement reproduit et projeté dans le symbole du cercle marqué par son centre les grands principes de la vie.

 

Les deux dessins de droite sont de Léonard de Vinci.

VoyageAuCentreDeLaVie

 

* Notre centre de gravité est, suivant les individus, juste en-dessous du nombril.

Ces quatre étapes m’ont passionné pour qu’aujourd’hui nous puissions, au travers de LaVoieDuMandala, partager l’art et la pédagogie du mandala.

 AutoortraitChristian2

En dehors du mandala,  je suis portraitiste peintre photographe. Je suis attiré par les visages et j’aime traduire la vie et les expressions intérieures.

Ci-dessous un autoportrait réalisé en 2001.